Le pouvoir de la bienveillance sur les réseaux

Le pouvoir de la bienveillance sur les réseaux sociaux

Accueil » Blog » Digital 2.0 » Le pouvoir de la bienveillance sur les réseaux sociaux

À l’heure où la toxicité fait loi sur les réseaux sociaux, il est une qualité essentielle à mon sens pour y survivre : la bienveillance. La bienveillance est la “disposition affective d’une volonté qui vise le bien et le bonheur d’autrui“. A contre-courant total de la haine qui se déverse sur les réseaux si facilement, la bienveillance, elle, est une denrée rare et précieuse qui opte pour l’altruisme, le positivisme et la courtoisie.

bienveillance des personnes

L’anonymat sur les réseaux sociaux

En 2021, il est difficile et même impossible d’être actif sur internet sans réseaux sociaux. Ils font partie de nos vies de famille (comme Facebook) de nos vies professionnelles (comme Linkedin) et généralement de nos vies sociales. Si les réseaux peuvent nous apporter de nombreuses choses, ils peuvent aussi être une source de stress, d’angoisse et un repère où chaque être humain peut soudainement se transformer en cyberharceleur en puissance.

Qui n’a jamais eu envie de fermer ses réseaux sociaux pour décompresser ou faire une pause? Qui n’a jamais lu des messages enrageants ou eu envie de bloquer les 3/4 de Twitter pour des opinions racistes/ sexistes ou discriminatoires ?

Si les réseaux sociaux font parti de nos vies, ils ne sont pas toujours évidents à gérer. La haine, le harcèlement, les insultes règnent facilement dans un monde d’anonymat. Un débat qui pourrait être intéressant de visu peut vite devenir violent et virulent protégé par un pseudo. Une erreur d’orthographe, une photo maladroite, un malentendu et nous pouvons devenir la cible d’une horde d’inconnus déversant leurs toxicités sans même penser aux conséquences.

Pas plus tard qu’aujourd’hui, j’ai rencontré un inconnu sur Twitch (une plateforme de streaming – diffusion en direct de contenu). Il est arrivé sur le live et a prévenu le streamer qu’il ne le suivrait plus parce qu’il “avait un peu pris le melon” et qu’il se permettait de parler de sujets “qui ne concernaient pas ses lives”. Ce spectateur, qui m’assure avoir 36 ans, m’explique qu’une personne qui partage son contenu devrait accepter d’être critiquée ouvertement. Alors je me suis posée la question : Doit-on toujours formuler à une personne notre opinion négative et subjective à son sujet ?

Se différencier par la bienveillance

Ma réponse personnelle est : NON. Nous n’allons pas rencontrer des inconnus dans la rue pour les abreuver de nos opinions négatives à leur égard. Qu’il en soit de même sur les réseaux ! Les sites, les blogs, les forums ou encore les réseaux sociaux nous permettent de nous exprimer librement. Nous vivons une époque incroyable où nous pouvons nous rassembler autour de nos passions. Nous pouvons agrandir nos communautés selon des intérêts communs ou au contraire rencontrer des gens complètement différents. Alors pourquoi partager le négatif ?

Actuellement Manager d’un streamer, je suis en charge de la modération. Je m’assure que le tchat (ndlr l’endroit où les spectateurs peuvent échanger entre eux et avec le streamer) est un endroit où il fait bon vivre. J’ai toujours pensé que la bienveillance est un pouvoir sous-utilisé et j’en ai fait mon arme principale au quotidien. Plutôt que de me servir de mes pouvoirs pour m’imposer j’ai pris le partie d’être juste. J’essaie d’être compréhensive parce que certains sont jeunes ou encore ignorants, parce que tout le monde peut passer une sale journée. Il suffit parfois d’une communication simple et respectueuse pour ramener le calme et la raison.

La bienveillance n’est pas une faiblesse. Elle ne m’empêche pas de faire régner l’ordre lorsque c’est nécessaire. Mais cette bienveillance que nous avons partagée et encouragée s’est propagée. Elle nous a aidé à construire une communauté sympathique, accueillante et généreuse. 2021 est le début d’une nouvelle ère : la bienveillance et les réseaux sociaux ne devraient plus être des paradoxes. Petit à petit, redonnons le pouvoir à la bienveillance et faisons en sorte que les plus bruyants ne soient plus les plus toxiques !

être bienveillant sur les réseaux

Comment être bienveillant sur les réseaux sociaux ?

Mais que devrait-il se passer lorsque nous n’accrochons pas à une rencontre ? Laissez-moi vous dévoiler un secret : il suffit de passer son chemin ! Il est tout à fait normal de ne pas toujours se retrouver dans un contenu, dans un partage ou dans un groupe. Vous aurez des affinités avec certains et vous vous trouverez totalement déconnectés d’autres. Il n’est pas toujours nécessaire de partager nos opinions négatives.

Si le contenu proposé ne nous correspond pas, nous n’avons pas besoin d’en faire la remarque. S’il ne nous plait pas à nous, il plaira à d’autres. Laissons les personnalités s’exprimer et les gens s’amuser ! Prenons toujours du recul avant de poster un message et demandons-nous s’il est vraiment nécessaire. Partageons les contenus que nous aimons, encourageons les créateurs que nous suivons et laissons ceux que nous n’aimons pas de côté.

Mais être bienveillant sur les réseaux sociaux veut-il dire qu’il faut tout laisser passer ? Encore une fois, la réponse est NON. Se taire, c’est parfois encourager des comportements toxiques et malveillants. Mais il y a une très grande différence entre débattre d’un sujet et exprimer une opinion non nécessaire, sans parler du langage inapproprié utilisé. Choisissons nos batailles et souvenons-nous que la haine est aussi contagieuse qu’un sourire. Alors quitte à choisir…

Si vous souhaitez gérer vos communautés avec bienveillance et vous démarquer sur les réseaux sociaux, n’hésitez pas à contacter MORI Digital !

3 réflexions sur “Le pouvoir de la bienveillance sur les réseaux sociaux”

  1. J’aime beaucoup cet article, et tu as raison, la bienveillance ou l’empathie sont de mise. Pourquoi toujours être désagréable ? Je préfère ne pas perdre de temps sur un contenu que je n’aime pas , que d’être impolie =)

  2. Il ne faut pas sous-estimer la charge affective induite par la communication sur le net. L’émotion ressentie, pendant l’interprétation du contenu, puis la prise de risque par la rédaction des commentaires, et la lecture des réponses, est très intense. Tout le monde n’est pas armé pour gérer ce genre de ressenti et c’est sans doute pour cela que nous assistons à des démonstrations de violence inouïe. La ligue du LOL nous en a fait une belle démonstration à cet égard. La défense de la bienveillance, et l’importance des modérateurs prennent tout son sens. Merci pour cet article !

  3. Ton, article est très juste!
    Se cacher derrière un écran est-ce une une facilité inconsciente?
    Cela marche dans les deux sens : une personne timide n’osera pas aller voir un intervenant pertinent à l’issue d’une conférence pour lui parler de la qualité de son intervention mais déposera sans hésiter un commentaire positif à la lecture d’un article.

    Peu de personne se posent la question “oserais-je dire ces mêmes mots à l’oral en face de la personne?”

    Et pourtant il est essentiel de se souvenir que de l’autre côté de l’écran c’est un humain qui reçoit nos mots sans intonations ni langage corporel comme ponctuation!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *